Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Notes de lecture: Alain Bergounioux et Jean-François Merle, "Le rocardisme, devoir d'inventaire".

Notes de lecture: “Le Rocardisme, devoir d'inventaire.”, Seuil, Paris, 2018, 294 p.

Introduction.

Sans doute est-ce dans le bilan du rocardisme au pouvoir que réside une part substantielle de l'héritage, non pas tant dans le contenu lui-même mais dans le constat que leur durabilité tient essentiellement à la manière dont elles ont été négociées et dont leur mise en oeuvre a été conduite.

“Michel Rocard laisse beaucoup d'orphelins mais aucun héritier”, Françoise Fressoz, Le Monde, 4 juillet 2016.

Héritage Rocard: manière d'aborder la politique, fondée sur des valeurs: la justice sociale, la liberté, la dimension planétaire de l'humanité; une méthode: le primat de l'intérêt général, le dialogue, la conviction, la négociation; une éthique: le parler-vrai, le respect de la parole donnée, l'action collective.

Rocardisme comme mendésisme ou gaullisme est un legs indivis.

I. De quoi le rocardisme est-il le nom?

Rocardisme s'appelait “courant chrétien” ou “deuxième gauche” mais sans CFDT, pas de deuxième gauche, “gauche américaine”

Difficulté à dénommer ce courant car caractère multidimensionnel. Rocard mène de front action militante et combat d'appareil, investissement intellectuel et techniciste, travail de formation: début 60's: début de sa carrière à l'inspection générale des finances, participe à construction PSU, aux travaux du club Jean Moulin et anime association d'éducation populaire (ADELS) = Rocard a confluence de plusieurs réseaux politiques, syndicaux, associatifs, monde patronal, haute fonction publique, milieux intellectuels.

Rocardisme: est d'abord un courant de pensée, mouvement à la fois politique et intellectuel, enjeux de pouvoirs et débats d'idées, LA politique et LE politique sont imbriqués.

Rocardisme construit par les rocardiens et parce qu'il y a eu des rocardiens, le rocardisme est né.

Rocardisme = agrégation de plusieurs générations: - génération de 1958 (opposition guerre d'Algérie, rupture avec SFIO)

- génération de mai 1968 (aspiration à changer la vie)

- génération de 1978 (affirmation de la deuxième gauche politique et syndicale).

1. Rocardiens: portrait de groupe.

Tous avaient en commun  de se reconnaître dans une identité politique avant d'exprimer une fidélité à une personne.

“J'ai été durant tous ces temps un fidèle compagnon de Michel Rocard, plus rocardien que Rocard lui-même! La seule raison de ma fidélité en plus de notre amitié: c'est qu'il  représente une conception de la Politique en relation étroite avec la vie sociale qui a été la mienne. Cette conception me semble essentielle et si l'on peut dire consubstantielle au socialisme”

Robert Chapuis, “Si Rocard avait su... Témoignage sur la deuxième gauche”, L'Harmattan, Paris, 2007, p. 9

Christian BLANC, plus proche collaborateur de Rocard de 1975 à 1980. Met un terme à leur collaboration après refus de Rocard de disputer en interne, l'investiture présidentielle à FM à l'automne 1980, mais 8 ans plus tard, fût le précieux médiateur de la mission du dialogue en NC puis efficace patron de la SNCF puis d'Air France.

“ Rocard à une grande faiblesse, c'est que contrairement à Mitterrand, il n'est pas fidèle en amitié et qu'il n'assume pas ses ruptures. Il y a donc beaucoup plus d'anciens rocardiens que de rocardiens... (…) Les déçus de Rocard ne sont pas des déçus du rocardisme.” Jean-Pierre Cot.

Si ces allers retours ont été possibles, c'est que le rocardisme représentait une adhésion à une certaine conception de la politique, pas une allégeance. Il ne s'est jamais développé de phénomène de cour autour de Michel Rocard. Le rocardisme était un courant politique, distinct des réseaux d'amitié personnelle que Rocard cultivait dans les milieux patronaux ou dans la haute fonction publique. Il ne s'est jamais vécu sur le mode du clientélisme.

“(...) oublier les hommes, ne pas renvoyer l'ascenseur, ne guère pousser les carrières de mes proches. Or ce n'est pas ma philosophie du pouvoir.” Michel Rocard, “Si ça vous amuse”, p. 65.

“Il n'y a que deux moyens de gouverner, nommer des gens et leur donner des budgets, le reste est insignifiant. Nommer les amis, les amis des amis, les gens sur qui ont a une créance, les clients de partenaires importants, tout cela cimente l'édifice et améliore la cohésion de la coalition gouvernante. Or on a besoin de cette cohésion, on ne saurait même gouverner sans elle.” Robert Mac Namara cité par Rocard.

Le discours de Michel Rocard au congrès de Nantes en 1977 sur les deux cultures historiques de la pensée socialiste, celle de Jaurès et de Guesde, sonna le glas de toute velléité d'assimilation: la thématique de la différenciation l'avait emporté sur les perspectives de synthèse.

Dans les années 1981-82, des giscardiens furent préférés aux rocardiens à la tête des entreprises ou des banques nouvellement entrées dans le secteur public.

“Les rocardiens comme tous les missionnaires ont l'humilité de ceux qui ont souffert et l'orgueil d'avoir subi cette souffrance pour la bonne cause. Ce qui les rend tout à fait sympathiques et parfaitement insupportables.” Anne Philippe et Daniel Hubscher, “Enquête à l'intérieur du parti socialiste, Paris, Albin Michel, 1991.

Le rocardisme est un courant politique également intellectuel et social qui s'est profondément défié de la politique, toujours prêt à redouter que l'engagement socialiste ne soit pour reprendre l'expression de Charles Péguy, “une mystique qui finit en politique.”

La génération de la résistance avait espéré que l'après-guerre apporterait une rupture radicale avec les compromissions, les lâchetés ou les trahisons qui avaient conduit à la défaite. Le gouvernement Mendès-France en 1954 exprima l'exigence d'un rapport différent à la politique, fondé sur la vérité et la responsabilité.

1ère campagne électorale de Michel Rocard dans les Yvelines en 1967 avait choisi pour mots d'ordre: Vérité, Justice, Responsabilité = dans la logique de la nouvelle gauche et du mendésisme.

Le contraire de ce triptyque: mensonge, injustice, irresponsabilité = en creux ce qu'a été le mollétisme: adversaire historique de la nouvelle gauche.

Aux élections régionales de 1992: “La vie politique est vulgaire. Elle pourrit tout. Aucun de mes fils ne fera de politique et c'est heureux. »

Aux élections régionales de 1993: répugnance de MR à aller serrer des mains sur les marchés, démarche s'apparentant selon lui à une forme de prostitution.

Opposition au mollétisme: refus d'une pratique politique consistant à agir au pouvoir d'une manière différente voire opposée de ce que l'on avait annoncé qu'on ferait quand on était dans l'opposition.

Vieille distinction dans le mouvement socialiste du XIXème siècle entre “programme maximum” = l'idéal et le “programme minimum” = résultat des compromis nécessaires à la constitution d'une coalition gouvernementale.

“dire ce que je ferai, faire ce que j'ai dit” de Lionel Jospin: filiation dans mendésisme et rocardisme.

Exprime aussi le refus du cynisme érigé en instrument de conquête du pouvoir ou en principe de gouvernement (cynisme = variante de la fin justifie les moyens)

Marque de fabrique du rocardisme: le “parler vrai” et sa sanctification (Europe 1, 19 septembre 1978)

MR: briseur de rêves face aux marchands d'illusions.

AN, 29 juin 1988, discours de politique générale de Michel Rocard: “Je rêve d'un pays où l'on se parle à nouveau. Je rêve de villes où les tensions soit moindres. Je rêve d'une politique où l'on soit attentif à ce qui est dit, plutôt qu'à qui le dit. Je rêve tout simplement d'un pays ambitieux dont tous les habitants redécouvrent le sens du dialogue, pourquoi pas de la fête? Et de la liberté.”

Vieille tension jaurésienne: “aller à l'idéal pour comprendre le réel”.

Hollande le 9 octobre 2015 en remettant les insignes de Grand-Croix de la Légion d'Honneur à Michel Rocard: “Vous êtes un rêveur réaliste, un réformiste radical”.

2. Génération 58: la lutte contre la guerre d'Algérie.

Guerre d'Algérie = marqueur politique fondateur pour les générations d'après-guerre. Remise en cause de la domination coloniale, place de la France dans le monde, rapports morale et action (dénonciation torture et existence camp de regroupement), épuisement des institutions de la IVème République par impuissance des combinaisons parlementaires.

SFIO incapable de relever ces défis et dérives scabreuses dans guerre coloniale invitaient à refondation du socialisme.

UNEF (Union Nationale des Etudiants de France) principale organisation de masse investie dans le combat contre guerre d'Algérie et refus gaullisme (jointure faite en 1958) + MNEF + JEC (Jeunesse Etudiante Chrétienne) + JOC (Jeunesse Ouvrière Chrétienne) : pépinières de dirigeants de la gauche socialiste des 70's.

MR: secrétaire national des étudiants socialistes SFIO de 1954 à 1956.

UNEF au temps de guerre d'Algérie, indemne de tout complexe de culpabilité

1956: les ES dirigés par MR et Jacques Bugnicourt + étudiants communistes + étudiants catholiques arrachent à la droite la majorité et permet à la nouvelle majorité de ses passer des communistes pour constituer le bureau.

Christian BLANC, ancien président de la MNEF, n'a jamais appartenu au PSU mais rejoint Rocard au début 70's.

Gérard BELORGEY: sciences-Po et ES, carrière préfectorale, délégué à l'emploi, cabinet de Chirac, cabinet de Messmer, différents postes dans l'industrie, accepte en 1988 à la demande de MR de devenir directeur des affaires économiques, sociales et culturelles de l'OM pour mettre en oeuvre les accords de Matignon sur la NC.

Dans ces deux cas: fidélité à MR était aussi fidélité à leurs engagements de jeunesse.

Osmose créée au sein de cette génération étudiante contre guerre d'Algérie favorise rapprochement avec mouvements de jeunesse catholique = 2 conséquences pour courant rocardien: - creuset de l'intégration des cathos au sein de la gauche.

- attitude décomplexée à l'égard du PC.

Alliance F. Mitterrand avec CERES de Chevènement, Sarre, Morchane permet lors du congrès d'Epinay en 1971 de prendre tête du PS.

1965: congrès de Gennevilliers, Edouard Depreux (premier secrétaire du PSU de 1960 à 1967) sollicite renouvellement après son dernier mandat.

1967: Rocard, secrétaire nationale du PSU

 

Michel Rocard, “Le coeur à l'ouvrage”

Kathleen Evin, “Michel Rocard ou l'art du possible”, Jean-Claude Simoën, Paris, 1979.

 

3. Génération 68: un courant politique et intellectuel.

Génération 68: deuxième strate de la galaxie rocardienne.

Jean-Claude Petitdemange: conseiller politique de Rocard à Matignon.

Henri Leclerc: célèbre avocat pénaliste, très proche de Rocard durant années étudiantes, membre de la direction du PSU jusqu'en 1967, se sépare en 1971 et quitte toute appartenance partisane. Sera Président de la LDHC.

1966: colloques de Grenoble, Rocard y présente son rapport intitulé “Décoloniser la province”.

Mars 68, PSU saisit d'un rapport sur relations partis-syndicats: analyse quelques uns des conflits sociaux les plus marquants des 12 derniers mois. Identifie parmi les caractéristiques communes de ces mouvements sociaux:

- un déclenchement et une conduite de la grève en dehors du cadre syndical.

- forte mobilisation des femmes et des employés.

- revendications autant sur conditions et organisation du travail que sur salaires.

4. Génération 78: l'affirmation de la “deuxième gauche” politique.

C'est au sein du PS que s'est constituée la troisième génération de rocardiens.

Principale caractéristique: être exogène à la culture du PSU et à la “petite gauche”, façon dédaigneuse de qualifier l'émiettement de la gauche non-communiste et non-SFIO, les clubs et PSU principalement.

Juin 1972: Programme commun de gouvernement (PC, PS, MRG) destiné à symboliser les engagements politiques de l'union de la gauche. Après élections législatives de 1978 où Gauche = 48,5% des suffrages, la perspective de son application devient enjeu majeur. Actualisation du programme commun capote fin 1978 sur étendue du champs des nationalisations.

Pour Mitterrand: Union de la Gauche à la fois la fin et le moyen.

Pour Rocardiens: un moyen au service d'une finalité supérieure: la transformation socialiste de la société dont la définition du contenu est au moins aussi essentielle sinon plus que l'affirmation de l'union.

1967: mot d'ordre du PSU: “Unie la gauche est forte, rénovée, elle gouvernera”.

5 juin 1978 à Osny, déjeuner d'apaisement entre FM et MR (lors de soirée électorale des résultats du second tour législatives se pose en rival de FM). FM aurait dit à Rocard au sujet de ses soutiens chrétiens: “Vous êtes soutenu par ce qui m'a toujours combattu!”.

L'évolution progressive vers l'engagement politique à gauche des milieux chrétiens, militants très actifs = facteur central dans la constitution du rocardisme. Rocard et PSU vecteur et artisan de l'intégration du courant chrétien dans la gauche.

Mais évolution vers la gauche de mouvements organisés d'action catholique  commence bien avant entrée en politique de Rocard: MPF (Mouvement Populaire des Familles) devient en 1950 MLP (Mouvement de Libération du Peuple) puis se fond dans UGS (Union de la Gauche Socialiste), parti constitutif du PSU (Parti Socialiste Unifié) en 1960. Anciens du MLP fournissent essentiel de la base ouvrière du PSU souvent encartée à la CGT.

1968: encyclique Humanae Vitae, 3 ans après Concile Vatican II (1965): coup de massue sur le crâne, écouter avec plus de sympathie des mouvements politiques et culturels qui disent que l'on peut mener un combat moral sans être ringard.

Michel Rocard: “De mon point de vue, il n'y aurait pas eu de mai 1968 sans la rénovation de la famille catholique. S'il n'y avait eu qu'Henri Weber et Cohn-Bendit, autrement dit les Trotskistes et les sympathiques anars, ça faisait 5000 personnes dans la rue... Pour qu'il y en ait 100, 200, 300.000, il fallait la jeunesse catho! Et il n'y aurait pas eu la jeunesse catho dans la rue en mai 1968 sans le travail qui a été fait par un certain nombre d'intellectuels catholiques et par la CFDT, notamment à travers les débats sur la déconfessionnalisation.”

Rocard pas élément déclencheur de l'engagement à Gauche d'une partie des milieux catho. Mais Rocard a incarné par ses choix politiques (guerre Algérie, mai 68) + ses conceptions sur le rapport à la politique et au pouvoir = image de la gauche et du socialisme où les chrétiens de gauche pouvaient sans apostasie se reconnaître; ce courant de pensée au sein du PS a fortement contribué à la montée en puissance électorale du PS dans des régions de forte tradition catho: Alsace et Bretagne.

Ces 3 générations ont donc fait boule de neige pour former courant rocardien au sein du PS. Affirmation forte au congrès de Nantes (1977) et Metz (1979) avec apogée à Toulouse (1985, 28% des votes). Rocard à la fois fédérateur et porte-parole d'un corpus d'idées; Sans oublier faveur croissante de MR dans opinion publique = puissant facteur de cohésion.

5. Les rocardiens “hors les murs”: la bataille de l'opinion.

Terme “rocardisme” apparu dans Presse après accession MR tête du PSU.

Communication politique: utilisation régulière sondages prend essor avec Présidentielles 1965.

Novembre 1969 (Baromètre IFOP) puis janvier 1970 (baromètre SOFRES) MR apparaît dans côtes de popularité ou d'avenir: 40% de côte positive jusqu'en avril 1970 puis tombent à 30% puis 10-12% jusqu'en avril 1974 (luttes internes PSU + montée Mitterrand)

Décollage de MR à partir de juin 1974 (adhésion PS), peloton de tête avec Marchais, Mendès-France, Defferre et Mauroy. MR constitue un groupe spécifique: “Groupe image et stratégie” (animé par Pierre Zémor + Blanc, Merle, Viveret, Cayrol, Ciret, Evin, Grunberg, Marti (publicitaire), Denoyan, Lallie (journalistes), Jaffré, Bon, Perrineau (politologues), Carcassonne (juriste), Stase, Cossé.

MR: campagne présidentielle (Nov 69) + victoire législative partielle Yvelines. Pour Nov 69 sur conseils Roland Cayrol, MR travaille son image et sa com.

MR présenté comme le candidat du socialisme et non celui du PSU

PSA: Parti Socialiste Autonome créé en 1958 par dissidents SFIO autour d'Edouard Depreux, Alain Savary et Robert Verdier: devient l'une des composantes du PSU.

Fin 1975: Sofres place MR, seconde personnalité de Gauche (Janvier 78 par l'IFOP).

Automne 78: MR devance d'1 point Mitterrand, de 10 points en octobre 1979, de 17 points en décembre 1980 dans opinion nationale, 14 points dans seul électorat socialiste.

Clivage essentiel FM/MR: jugement concernant l'avenir et une idée de la modernité.

En avril 80: étude sur image MR: 48% des sondés le placent au centre-gauche, 17% à Gauche, 14% au Centre.

1974-1980: période charnière où s'affirme le caractère multidimensionnel du rocardisme: parti d'aire, d'opinion et de réseaux avec forte interaction.

Avis de Roland Cayrol, politologue le décrit ainsi: “Il a toujours été un formidable interviewer qui a toujours su dans les rencontres, les déjeuners, tirer la substantifique moëlle. C'est quelqu'un qui a déjà une intelligence d'écoute et une capacité à synthétiser ce qu'il entend. Il le fait généralement en cherchant à porter la contradiction à ses interlocuteurs. Il a une manière chaque fois de porter la contradiction qui fait qu'il n'est pas seulement une éponge mais une intelligence en mouvement qui construit en permanence la synthèse rocardienne, qui donne un sens politique au discours de chacun.”

6. Michel Rocard, au confluent de réseaux multiples.

MR toujours été très attentifs aux enjeux internationaux, dès la période des Etudiants socialistes, nouant des contacts avec ceux qui 20 ou 25 plus tard, devenaient des responsables de leur pays.

Le combat anticolonialiste du PSU a élargi le spectre de ces contacts aux dirigeants du Tiers-Monde.

Monde agricole:

MR: responsable de formation au PSU fait connaissance et amitié avec dirigeants de fédé départementales

MR: ADELS: Association pour la Démocratie et l'Education Locale et Sociale: forme des élus locaux et des militants d'associations locales dont bcp se retrouvent dans les GAM (Groupe d'Action Municipale) y développe sa connaissance du monde paysan

MR intervient souvent dans IFOCAP (Institut de Formation des Cadres Paysans, créé par des cadres de la JAC (Jeunesse Agricole Chrétienne)

Liens - avec Michel Debatisse (1929-1997, dirigeant JAC, sec gal CNJA, président FNSEA (1971-78), Sec d'Etat aux industries agricoles et alimentaires (1979-1981), parlementaire européen.

- avec Bernard Lambert, député MRP de Loire-Atlantique (1958-1962), dirigeant du CNJA, Sec gal FNSEA en 1965, adhère au PSU en 1966, fonde en 1968 le Mouvement des paysans-Travailleurs qui donnera naissance plus tard à la Confédération paysanne, rompt avec MR en 1971 (congrès de Lille).

Cette connaissance directe du milieu agricole lui sera très utile lorsqu'il devient Ministre de l'Agriculture en 1983.

Monde entreprise et patronat:

MR, secrétaire Commission des comptes et budgets économiques de la Nation, y expose arcanes du budget de l'Etat dans AFCASIPCA International (spécialisé dans formation et perfectionnement des cadres des grandes entreprises privées et publiques), créé par Jean Minthe. MR y rencontre Roger Godino, José Bidegain (délégué général du CDE, centre des dirigeants d'entreprises, fonde en 1968 Association Entreprise et Progrès

Henry Hermand, président de l'IFLS, association indépendante qui regroupe industriels, distributeurs et prestataires de services de grande consommation. Séminaire annuel: les “Pionniers de Marbella”.

Mais démarche dérange: Pierre-Yves Cossé: Il y a probablement dans le rocardisme quelque chose qui est très ambivalent et qui me gênait un peu, c'est la conviction que la recherche du compromis est un élément d'efficacité politique. Qui dit compromis dit en effet tenir compte de la position des uns et des autres, choisir des chemins lents plutôt que des chemins rapides, éviter les rapports de force frontaux. Nous avions une vision plus agressive, disant que les batailles idéologiques et politiques, il fallait les mener pour les gagner, il ne fallait pas les mener si on devait les perdre mais nous avions une vision.”

Le progrès est plus durablement assuré par le compromis que par la rupture, idée que l'on pourrait croire aujourd'hui consubstantielle du rocardisme ne l'était pas fin 70's pour tous les Rocardiens.

Michel Rocard a toujours refusé que des idées soient récusées sur le seul fondement de leur hétérodoxie. (qui pense d'une autre manière)

P-Y Cossé: “MR faisait bcp à l'intuition. Il a tjrs eu une curiosité intellectuelle et un appétit considérable pour se saisir de tous les papiers ou toutes les idées qui étaient dans l'air et parfois avec un complet manque de discrimination.”

Monde intellectuel:

Dès création PSU: nombreux intellectuels prestigieux:

    • Maurice Duverger (1917-2014): universitaire, politologue, spécialiste du droit constitutionnel, éditorialiste au Monde.
    • Laurent Schwartz (1915-2002): prof à Polytechnique, médaille Fields, intellectuel engagé contre guerre d'Algérie.
    • Pierre Vidal-Naquet (1930-2006): Historien, directeur EHESS, lutte contre négationnisme.
    • Serge Mallet (1927-1973): résistant, militant politique marxiste, journaliste et sociologue universitaire
    • Pierre Belleville (1924-2010): Très engagé dans la formation des militants, il est actif au centre du Centre de culture ouvrière, ainsi que de l'institut de formation des animateurs de collectivité.
    • Alain Touraine (1925)
    • Edgar Morin (1921): sociologue, médiologue et philosophe.

“Le PSU et l'avenir socialiste de la France”: présentation des 17 thèses du PSU

“Faire”, revue créée en 1975 (pied de nez à la revue “Dire” du PS dirigée par Claude Estier), dirigée par Gilles Martinet, Patrick Viveret et Pierre Rosanvallon: tente de concrétiser la consolidation politique et idéologique de la 2ème Gauche. Après 1981, “Intervention” lui succèdera.

Perspective d'une candidature à la présidence de MR reste ouverte même après son engagement du congrès de Metz en 1979 de ne pas être candidat contre le 1er secrétaire.

Patrick Viveret: “(...) c'est le poids des institutions de la Vème République et de la présidentialisation qui a réduit le courant politique, sociétal, culturel de la 2ème gauche au Rocardisme.”

Jean Lacouture, biographie de PMF: “Toute action n'est pas vaine, toute politique n'est pas sale.” (éthique de la Politique, pratique de la vertu dans l'exercice du pouvoir).

Pour PMF comme pour MR: la démocratie existe en dehors de l'exercice du pouvoir. La démocratie est d'abord une affaire d'idées, qu'il s'agit de faire partager: convaincre plutôt que vaincre. Le pouvoir est un moyen pour traduire ses idées en actions, mais pas une fin qui justifierait qu'on lui sacrifiât l'essentiel.

7. L'hyper-pédagogie de la politique.

MR comme PMF est d'abord un pédagogue politique: s'adresse à la raison plus qu'à l'affect; cherche à convaincre plus qu'à séduire;

Parole rocardienne: débit rapide, parole peine à épouser vitesse de la pensée, construction des phrases compliqué, nombreuses incises, goût immodéré pour double négation et litote à l'anglosaxonne, vocabulaire mélange de jargon d'économiste et de gouaille.

Singularité du style de MR: alchimie unique de pédagogie et de technicité, de sincérité et de doctrine, d'originalité et de vulgaire à fait merveille dans cette période de transition entre ORTF et Internet entre, démocratie représentative et démocratie d'opinion.

Différence Rocard/Delors: JD n'a jamais été un homme de parti: cette dimension fédératrice lui a donc fait défaut.

II. Une pensée en action.

MR a si fortement marqué opinion: rôle dans ses différentes fonctions ministérielles (1981-1991) + incarnation d'un homme politique rare: celui qui ne sépare pas son action de la pensée. (depuis son adhésion à la SFIO en 1949 jusqu'à son analyse des défis contemporains dans long entretien au Point, le 9 juin 2016.

MR ≠ théoricien et intellectuel: souci d'expliquer et de justifier son action politique au fur et à mesure qu'elle s'affirmait, de lui donner un sens et de la mettre en perspective est une constante de son parcours.

MR a passionnément voulu être le porte-parole d'un courant collectif et s'inscrire dans un mouvement historique.

Hughes Portelli, “Le socialisme français tel qu'il est”, Paris, PUF, 1980, analyse explicitement la notion de “rocardisme”.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :